L’une n’empêche pas l’autre, selon le philosophe Stéphane Vial, cité par Le Monde du 22 octobre. Voilà qui ne permet cependant pas de circonscrire les effets du numérique sur la relation de soin ni sur la pensée. Parlera-t-on bientôt d’une e-pensée, d’une e-intimité comme on parle de e-santé ? Nos mode d’expression seront-ils bientôt numérisés ? Quelle inventivité l’homme déploiera-t-il pour conserver son libre arbitre et profiter des avantages du numérique ? Comment préserverons-nous cette part de soi qui alimente notre rapport aux autres ? La psychanalyse et la médecine seront-elles mises à mal par le numérique ? C’est un enjeu dont il nous faut débattre en envisageant ses effets à tous les âges de la vie.

Tel est le principal objet du colloque des 27 et 28 janvier 2017 au Musée Dapper. Découvrirons nous une parenté entre l’usage des masques africains et celui des masques dont, qu’on le veuille ou non, le numérique tend à recouvrir nos visages ? Discutons en d’abord en ateliers. Ils nous feront entrer dans le vif du colloque et des débats, dès le jeudi soir 26 janvier à 20h à Paris 75006.
À découvrir sur notre site www.medpsycha.org

Advertisements