o     La SMP a le plaisir de vous annoncer l’ouverture de son blog publications e-medpsycha.

o     En images sur le bandeau les couvertures de nos sept derniers actes de colloques. Notre collection bi-disciplinaire est aujourd’hui unique du fait de son ancienneté et de son articulation sur les colloques dont le thème est choisi en fonction de son actualité dans le champ de la médecine et des sciences humaines. On y réfléchit depuis 1993 à l’évolution de la relation médecin-malade en fonction des âges, des partenaires en présence et de l’évolution des techniques et des thérapeutiques médicales.

o   Tout a commencé par la pédiatrie sous le titre Pédiatrie et psychanalyse où mille personnes vinrent assister aux débats à la Maison de la Chimie. On trouvera ici dans la rubrique « Archives », la reproduction du texte écrit par Didier Anzieu et publié dans le volume des actes 1993 : « Beckett enfant ».

o     De même pour l’ouverture de ce blog, à titre d’information et d’incitation au dialogue, on trouvera entre autres dans la rubrique «+Archives+» le texte de René Frydman publié dans le livre sur Le risque (2013), intitulé : « Le risque de naissance », ainsi que la contribution de Jean-Claude Ameisen dans le livre sur La peur (2015) intitulé « Dans l’oubli de nos métamorphoses ».

o     Nous vous proposons enfin la lecture de l’un des derniers articles de Danièle Brun : « La place de la psychanalyse dans la médecine ». Tel est en effet le principal objet de nos recherches dans le champ de la médecine. Y-a-t-il une place et laquelle pour la psychanalyse dans le champ de la médecine ? C’est une question que Jacques Lacan initia lors d’une conférence demeurée célèbre au Collège de Médecine et sur laquelle on peut revenir sans crainte de « ringardise ».

logo-smpo  Aujourd’hui nous nous acheminons vers de nouveaux actes, étayés sur un prochain colloque intitulé « Tous connectés : le numérique et le soin ».

o    La résistible ascension du numérique n’est pas, quoi qu’on dise quoi qu’on écrive, synonyme de maltraitance annoncée du côté des soins. La nostalgie de la clinique d’autrefois est une forme de retrait devant les progrès de la science et de l’allongement des survies. Travailler avec le numérique : cela se présente parfois comme une injonction y compris chez les professionnels de santé. Il existe aujourd’hui chez les patients un mouvement indépendantiste qui peut mener les praticiens de la santé à se sentir délestés d’une part de leur pratique. La part relationnelle précisément.

o    Nous vous offrons la primeur de cette nouvelle thématique pour vous inciter à vous exprimer sur ce blog (rubrique « commentaires » en haut à droite de chaque article) et à entretenir nos échanges sur la place de la psychanalyse dans la médecine.

Danièle Brun.

Advertisements