LA SMP pour 2018 ?

Vedette

Dans la suite du colloque de janvier 2017 « Tous connectés : le numérique et le soin », le livre des actes et l’enregistrement des journées ont connu une large audience si l’on en juge par les différentes commandes qui nous ont été adressées. Voilà une nouvelle occasion d’adresser un grand merci aux auteurs du livre et aux contributions orales de nos différents intervenants.

Ce thème de la santé numérisée que nous avons regroupé sous le titre « Tous connectés : le numérique et le soin » a bien montré son actualité dans la pratique des soins psychiques et somatiques aujourd’hui, nourrie par les nouvelles technologies.

Pour le moment la SMP ne prévoit pas de nouveau colloque en 2018. Elle maintient ouverts ses groupes d’échanges sur les pratiques entre médecins et psychanalystes, tels qu’annoncés sur notre site www.medpsycha.org.

Si se dégageait, à la faveur de ce message, l’idée d’une soirée autour d’un thème et/ou de plusieurs ouvrages concernant la double approche des soins qui fait notre spécificité, il faut et il suffit de nous l’adresser par écrit à contact@medpsycha.org.

Danièle Brun

Publicités

« Présence numérique, présence physique »

L’une n’empêche pas l’autre, selon le philosophe Stéphane Vial, cité par Le Monde du 22 octobre. Voilà qui ne permet cependant pas de circonscrire les effets du numérique sur la relation de soin ni sur la pensée. Parlera-t-on bientôt d’une e-pensée, d’une e-intimité comme on parle de e-santé ? Nos mode d’expression seront-ils bientôt numérisés ? Quelle inventivité l’homme déploiera-t-il pour conserver son libre arbitre et profiter des avantages du numérique ? Comment préserverons-nous cette part de soi qui alimente notre rapport aux autres ? La psychanalyse et la médecine seront-elles mises à mal par le numérique ? C’est un enjeu dont il nous faut débattre en envisageant ses effets à tous les âges de la vie.

Tel est le principal objet du colloque des 27 et 28 janvier 2017 au Musée Dapper. Découvrirons nous une parenté entre l’usage des masques africains et celui des masques dont, qu’on le veuille ou non, le numérique tend à recouvrir nos visages ? Discutons en d’abord en ateliers. Ils nous feront entrer dans le vif du colloque et des débats, dès le jeudi soir 26 janvier à 20h à Paris 75006.
À découvrir sur notre site www.medpsycha.org

« L’écran coupe-t-il la parole ? »

o   Le Monde Idées du samedi 22 octobre titre : L’écran coupe-t-il la parole ? avec l’image d’une famille où chacun est occupé avec sa tablette ou son Smartphone.

o   En est-il de même entre les malades, leur entourage et leurs soignants ?

o   L’outil numérique qu’utilise chacun de leur côté les partenaires et acteurs du soin du côté soignants comme du côté soignés, change t-il le vécu et l’évolution d’une maladie ? Empêche-t-il l’échange, la parole, le partage, la mise en mots des maux du corps ?

o   Présent à tous les âges et à toutes les époques de la vie, l’écran est un appendice dont nul ne sait plus se passer. Envisageons les soins, le devenir de la relation médecin-malade et les différentes manières de prendre soin de soi avec lui.

o   La question sera au centre de nos débats, envisagé sous toutes ses facettes lors de notre 16 e colloque intitulé : 

o   o   Tous connectés : le numérique et le soin

Quand : les vendredi 27 et samedi 28 janvier 2017

Où ? : Dans ce lieu magique où règnent les masques africains qu’est Le musée DAPPER, au 35 bis rue Paul Valéry, 75116.

Attention : La date des ateliers est avancée au jeudi 26 janvier de 20h à 22 h

Les inscriptions sont ouvertes sur notre site : www.medpsycha.org.

 

Danièle Brun.

Ouverture

o     La SMP a le plaisir de vous annoncer l’ouverture de son blog publications e-medpsycha.

o     En images sur le bandeau les couvertures de nos sept derniers actes de colloques. Notre collection bi-disciplinaire est aujourd’hui unique du fait de son ancienneté et de son articulation sur les colloques dont le thème est choisi en fonction de son actualité dans le champ de la médecine et des sciences humaines. On y réfléchit depuis 1993 à l’évolution de la relation médecin-malade en fonction des âges, des partenaires en présence et de l’évolution des techniques et des thérapeutiques médicales.

o   Tout a commencé par la pédiatrie sous le titre Pédiatrie et psychanalyse où mille personnes vinrent assister aux débats à la Maison de la Chimie. On trouvera ici dans la rubrique « Archives », la reproduction du texte écrit par Didier Anzieu et publié dans le volume des actes 1993 : « Beckett enfant ».

o     De même pour l’ouverture de ce blog, à titre d’information et d’incitation au dialogue, on trouvera entre autres dans la rubrique «+Archives+» le texte de René Frydman publié dans le livre sur Le risque (2013), intitulé : « Le risque de naissance », ainsi que la contribution de Jean-Claude Ameisen dans le livre sur La peur (2015) intitulé « Dans l’oubli de nos métamorphoses ».

o     Nous vous proposons enfin la lecture de l’un des derniers articles de Danièle Brun : « La place de la psychanalyse dans la médecine ». Tel est en effet le principal objet de nos recherches dans le champ de la médecine. Y-a-t-il une place et laquelle pour la psychanalyse dans le champ de la médecine ? C’est une question que Jacques Lacan initia lors d’une conférence demeurée célèbre au Collège de Médecine et sur laquelle on peut revenir sans crainte de « ringardise ».

logo-smpo  Aujourd’hui nous nous acheminons vers de nouveaux actes, étayés sur un prochain colloque intitulé « Tous connectés : le numérique et le soin ».

o    La résistible ascension du numérique n’est pas, quoi qu’on dise quoi qu’on écrive, synonyme de maltraitance annoncée du côté des soins. La nostalgie de la clinique d’autrefois est une forme de retrait devant les progrès de la science et de l’allongement des survies. Travailler avec le numérique : cela se présente parfois comme une injonction y compris chez les professionnels de santé. Il existe aujourd’hui chez les patients un mouvement indépendantiste qui peut mener les praticiens de la santé à se sentir délestés d’une part de leur pratique. La part relationnelle précisément.

o    Nous vous offrons la primeur de cette nouvelle thématique pour vous inciter à vous exprimer sur ce blog (rubrique « commentaires » en haut à droite de chaque article) et à entretenir nos échanges sur la place de la psychanalyse dans la médecine.

Danièle Brun.